Quel est le secret pour être le créateur de ta performance ?

AdobeStock_85654311_Preview

Dans le sport, et même dans la vie, on parle souvent de la connaissance de Soi. Dans cette connaissance de Soi, on retrouve toutes les réponses à toutes les questions pour toutes les situations qui nous concernent. Lorsque ton mental et ton corps travaillent ensemble, tu es capable de capter des signaux dans l‘environnement. L’intuition est ton meilleur ami si tu es capable de l’écouter. Tu sais saisir des opportunités qui se présentent. Le mental joue un rôle déterminant, car pour réussir, il faut avoir une vision claire de ton but à atteindre. Mais cette vision ne suffit pas. Pour être le créateur de ta performance, divers facteurs rentrent en jeux, et 3 sont fondamentaux :

  1. L’état de fluidité, état de flow
  2. Le plaisir
  3. Ton « pourquoi »?

L’état de fluidité, état de flow

L’état de flow apporte de la fluidité, dans le sport mais aussi dans la vie. Le temps s’arrête, tu es imperturbable, les balles sont au ralenti, tu as le pouvoir d’anticiper tous les coups. Tu as un temps d’avance sur ton adversaire, tu ne ressens aucune fatigue, tu ne cherches pas à produire à tout prix et tu t’absorbes dans la tâche. Le souci de l’EGO disparaît au profit du sens de soi. C’est exactement dans ce ressenti où on flotte, on n’a pas peur, on est créatif, on est connecté a soi–même et à son véritable soi, à l’intuition. On trouve toutes les ressources nécessaires pour faire face, mais aussi de la créativité, de la nouveauté, de l’audace, et la liberté de faire un choix, pas le bon ou le mauvais, mais celui qui vient au moment présent. C’est dans ces états-là qu’on a pu voir « les créations » qui ont marqué l’histoire du sport à jamais. Comme Antonin Panenka et son penalty, Fosbury et son flop, David Douillet et son parcours pendant les J.O. à Sydney etc….C’est seulement dans cet état de créativité qu’on ose et qu’on est capable de faire des choses pareilles… Dans cet espace, tu commences à devenir le maitre de ta vision. Tu découvres aussi qu’il n’y a pas de limite à ce que tu peux créer. Beaucoup de sportifs connaissent cet état de flow et ils peuvent le reproduire.

Tu as l’impression de contrôler cet état ou c’est juste le hasard ?

Tu as envie de t’approcher de cet état ?

Tu veux pouvoir le contrôler et le faire venir à la demande ?

Oui, c’est possible, mais il s’agit aussi d’une connaissance absolue de toi-même. Pour s’approcher de cet état, il existe des outils, de la préparation mentale comme de la méditation, la cohérence cardiaque, le yoga, la relaxation, des exercices de respiration, des encrages, des images de référence, etc… Comme tout, c’est un entrainement, de la pratique quotidienne, de la conviction, de l’observation, de la concentration et ton vrai désir.

As tu le désir de te connaitre au sens le plus profond, le plus intime, toujours aller au delà de limite, pour vivre cette fluidité ?

Le plaisir

Pour être performant, être fluide aussi dans ta vie, avec ton entourage et les évènements qui se présentent, il faut connaître ta vraie nature.

J’ai parlé de la connaissance de Toi-même.

Pour moi, ce n’est pas forcement le rôle que tu as à jouer, ni l’image que tu veux donner de toi-même, d’un sportif, d’un entraineur, ou encore d’un dirigeant… Pour moi, l’un des éléments principaux est la capacité à affronter les échecs.

Il y a deux types de sportifs, d’entraineurs ou de dirigeants :

  • Ceux qui sont motivés par l’activité et souhaitent progresser.

La motivation principale n’est jamais le résultat pour le résultat,

la médaille ou la gloire, mais le désir de se surpasser, de trouver ses limites dans le plaisir, pouvoir accomplir une tâche.

  • Ceux qui ne sont motivés que par leur ego et la performance.

Ce sont des athlètes qui peuvent avoir des difficultés avec le stress et pensent que chacun doit apprendre à se dépasser. Un tel profil est plus vulnérable aux échecs et aux blessures.

A chaque compétition, le sportif guidé par son ego doit en effet réussir pour se prouver et prouver aux autres qu’il est le meilleur.

Quand j’étais jeune, cadette et juniore, à peu près jusqu’à l’âge de 18 ans, j’ai joué pour le plaisir, pour apprendre et tester mes limites. Je m’amusais, je ne me posais pas de questions, c’était la joie et la découverte, la soif d’apprendre et toujours l’envie de tester mes limites. (C’est là j’ai vécu les plus belles réussites de ma carrière.) Quand je suis devenue professionnelle, la bagarre pour avoir sa place dans l’équipe, assumer l’image de l’étrangère, l’obligation de résultat, la pression des entraineurs du club et des sponsors, m’ont rattrapée et ont développé cette forme d’obligation et de stress. C’est devenu : « Je dois ! Il faut ! Être performante à tout prix et je n’ai pas le droit à l’erreur. » Petit à petit, je me suis déconnectée de ce plaisir profond d’aimer le jeux, le désir d’apprendre et pousser mes limites, qui m’ont animée quand j’était jeune, ce simple plaisir de jouer, de m’amuser. C’est là que les blessures ont commencé. C’était mon évolution personnelle dans ma carrière, je n’avais personne pour m’aider à comprendre ce qui se passait. J’étais en train de perdre mon moteur, mon essence : le plaisir !!!

Ce que j’ai envie de partager c’est : Garde ton plaisir ! Garde ton envie de progresser, de t’amuser. Prends plaisir à faire des choses comme un perfectionniste, tout en sachant que rien est jamais parfait, qu’il y aura toujours du bon et du mauvais. Quand tu rencontres des situations qui semblent être un échec, dis-toi qu‘elles sont là pour te montrer que tu peux grandir encore. Ce n’est pas toujours simple. Mais vous les entraineurs, vous les dirigeants, vous jouez un rôle fondamental et pas uniquement auprès des jeunes. C’est cette notion de plaisir qui nous anime, qui nous fait vibrer, qui nous fait oublier l’heure qu’il est… Il se peut que cette notion de plaisir, tu l’oublies de temps en temps, mais rappelle toi, si le stress négatif se manifeste ou perdure, il y a quelque choses qui ne joue pas.

Ton « pourquoi »?

 Mais quel est ton véritable but, véritable sens, ton véritable pourquoi ?

Pourquoi tu veux être performant, pourquoi tu fais ce que tu fais ? Cette maitrise de toi-même vient de ton intelligence, ta responsabilité, ta motivation et ton désir. Les grands sportifs font du sport pour s’accomplir. Personne ne bouge, s’il n’est pas poussé par une émotion. Ce sont les émotions qui nous mettent en mouvement. En général, c’est pour vibrer dans les émotions de plaisir, de joie et de satisfaction. Le bien-être est le véritable enjeu de la réussite dans le sport mais aussi dans la vie.

« Il n’y a point de chemin vers le bonheur. Le bonheur, c’est le chemin. » (Lao Tseu)

Tu cherches à réussir, être performant, atteindre quelque chose, tu es poussé par cette quête émotionnelle. Il ne s’agit pas de ce que tu fais, mais pourquoi tu le fais !!! Tu es motivé, tu veux progresser ? Ton désir c’est de te surpasser et trouver tes limites ? Ou tu as des difficultés avec le stress, tu es vulnérable aux échecs, tu es guidé par ton égo, tu dois réussir pour te prouver que tu es le meilleur, même au risque de te blesser ? Vivre des émotions de créativité, d’inspiration, de partage et liberté. Tu cherches à vivre physiquement et mentalement des moments de qualité ?

Voici les questions pour ton véritable pourquoi :

Pourquoi tu fais ce que tu fais ?

Je fais des choses parce que ?

Quel est le sens profond de ton action ? Ton action est juste pour toi ou juste pour une personne à l’extérieur de toi ?

Quelle est ta croyance à ce que tu fais ?

Pourquoi tu te lèves le matin ?

Tu connais le sens de ce que tu fais, ta mission ?

Tu sais comment faire ?

Ca veux dire que :

Ta performance est motivée par ta vraie mission, tu sais exactement ce que tu vas travailler à l’entrainement pour toi et pour ton équipe. Ça veut dire que tu restes en contact avec ta mission et la mission globale de ton équipe. Tu sais à qui tu te réfères en cas de besoin, tu connais tes personnes ressources. Tu connais tes objectifs à court, moyen et long terme, pour le sport mais aussi dans tous les autres domaines. Tu viens t’entrainer et pas juste à l’entrainement. Tu connais ta vraie raison d’être. Ton pourquoi détermine ta motivation.

Pourquoi tu t’approches de ta meilleure performance ? C’est parce que tu es animé intrinsèquement, profondément.

Tu fais les choses pour toi-même et pas pour les autres…

Trouve ton pourquoi !!!

Trouve ce à quoi tu crois profondément.

Ce sont les fondations de ta performance.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *